Ces frissons

C’est un frisson.

Ca commence tout doucement. Comme un souffle.
Je me laisse porter, je me laisse envelopper. Je peux juste fermer les yeux.

Tes doigts jouent avec moi lentement. Ils vont et viennent.
Tes mains trouvent leur rythme.

Je ferme les yeux. Je sens un frisson monter.

Tes mains vont, tes caresses m’emportent.

Mes yeux se mouillent. L’émotion est là encore une fois. Tes mains me font pleurer. Tes doigts me noient. Les larmes au yeux, je me laisse aller à ton tempo.

Tu ralentis. Tout est plus grave à présent. Je le sens.
Tu accélères à nouveau. Tu te poses, tu repars.

Tes mains vont, viennent, volent, survolent, caressent.

Elles racontent leur histoire. Elle dansent et jouent avec moi. Elle dansent et me font tourbillonner. Elles volent et je soupire.
J’aimerais que tu n’arrêtes jamais.

Pourtant je sais que tout s’arrêtera.
Pourtant je sais que tout finira, dans un tonnerre. Dans un éclat. Dans un tourment.

Tout finira. Et alors tout pourra recommencer.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Une réflexion sur « Ces frissons »

  1. J’ai souri en suivant le lien qui termine le texte. J’ai pensé: « évidemment » …
    Je parle souvent à ceux qui me demandent pourquoi j’aime jouer de l’accordéon, de l’aspect « câlin » de l’instrument. Le tenir dans mes bras, le sentir vibrer. Le son est une vibration qui se fait émotion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *