Trois couleurs

Il faut que je finisse la lettre et la fasse valider par l’avocat (…) Commander les tickets restaurant (…) tests de paiements (…) passer en preproduction (…) envoyer le devis (…) contact (…) mettre à jour le site (…) mission (…) (…) (…)

Respirer.

Respirer.

Tout est plus paisible.

Ici, il n’y a plus que trois couleurs. Trois traits tracés dans mon monde. Bleu, bleu, beige.

Je suis assis, je respire, et l’horizon se résume à trois traits.
Le monde était plein de voix, de brouhaha, de couches, des gens partout.
Une infinité de détails stimulant des réponses de mon esprit, des réflexions, des émotions, d’autres réflexions, en réponse, puis des dizaines.

Silence.

Je suis devant une toile, le silence, l’air, je respire calmement.
L’air semble plus dense.
Les voix se taisent.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

4 réflexions sur « Trois couleurs »

  1. Quand je vivais à Nice, j’allais me promener sur les bords de mer, là ou les touristes ne vont pas et cela m’apaisait. Projeter son regard loin, sans être interrompu peut être. Aujourd’hui, je me promène sur les bords de Loire, l’eau qui coule quelque soit les obstacles, une lumière particulière aussi, le silence en soi qui se fait, oui.

    1. Ce qui me fatigue c’est le trop plein de stimuli : des gens qui courent, leurs voix, des choses à voir partout, des pensées dans la tête, qui partent dans tous les sens et sont encore accrues avec ces éléments extérieurs.
      Là il n’y à plus que ciel, eau et terre. Formes simples. Pas de gens, de voix, de voitures.
      Je compare souvent ça à la BD : des styles très fouillés, traits complexes et détails en pagaille vs. ligne claire.

      1. J’ai un ami qui est TDAH (trouble de l’attention et de l’hyperactivité). Ce qu’il me décrit de ce qu’il vit, ressemble beaucoup à ce que vous venez de décrire. J’emploie le verbe « être » volontairement, car il le dit lui même, « trouble ou pas, cela fait partie de son être ».

  2. Ça ne m’étonne pas. Je ne suis pas TDAH, « juste » un « neuro droitier » comme disent certains.
    Le cerveau qui turbine tout le temps et qui rebondit sur chaque chose. Les émotions décuplées. Hypersensibilité / empathie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *