Tranchées de vies – Ep. 10 : « Dans une tenue splendide »

Ce billet est le 10eme épisode de la série « Tranchées de vie ». Je vous invite à en lire la présentation.

Lundi 23 septembre 1918

A 5h15, l’Etat-Major porte son P.C. à 1317, à l’emplacement du P.C.du 4e 13eme, qui vient occuper les P.C.de Compagnie à Charton. L’absence des troupes à notre droite peut modifier à tout moment l’intensité de l’occupation des positions ennemies, et les patrouilles et reconnaissances harcèlent de plus en plus l’adversaire.
A 10h, le sous-lieutenant Siro et 3 hommes, faisant preuve d’une audace et d’un sang froid admirables, montent au [Mamelon 2 ?], réussissent à pénétrer dans la première ligne ennemie bouleversée, trouvent la 2e tranchée fortement occupée et peuvent néanmoins se replier après avoir accompli magnifiquement leur mission.
A chaque alerte, on peut voir les tranchées ennemies se garnir de leurs défenseurs ; enfin, le commandement veut en finir. A 16h05, après un bombardement un peu plus intense de la part de notre artillerie, les 13ons montent à l’assaut dans une tenue splendide sous un très violent tir de barrage d’obus, minenwerfer et mitrailleuses. Des éléments peuvent néanmoins atteindre les défsens ennemies. Un violent corps à corps à la grenade s’engage ; toute progression devient impossible. Les mitrailleuses adverses, du Piton Rocheux et de la Sprée, prennent de flan nos éléments. Le chef de Bataillon Aldebert commandant le 5e13on est tué, le Capitaine Adjudant-major Guitare, blessé très gravement par une torpille.
A 16h45, l’ordre arrive de faire replier les éléments avancés dès la tombée de la nuit, il est éxécuté sans incident. A 19 heures, chaque compagnie (?) reprend sa place et le service de surveillance fonctionne à nouveau. Toutes les tentatives sont faites pour ramener les derniers blessés pendant la nuit.
Le Lieutenant Coulon, de la 14ème compagnie est tué, les Lieutenant Bréchard, de la 5eCompagnie 11 (?), Bralerai de la 18e, Aunet de la 17e, Montssarat de la 15e, Ballereau de la 14e et Barassé de la 15e sont blessés.
L’opération est terminée et le P.C du Régiment est installé à Oder à son emplacement primitif, le Commandant Fèvre, Commandant le 4è (?) réinstalle son P.C. à 1317.
On saura quelques jours plus tard que le sacrifice demandé au Régiment a eu pour résultat de retenir une partie de l’armée bulgare, de mettre du désarroi dans sa retraite, de permettre de grossir considérablement le nombre des prisonniers et de contribuer ainsi, dans une large part, au grand succès final.
Le 227e est l’un des deux Régiments donnés en exemple dans l’Ordre Général N°012514 du 6 octobre 1918, du Général Commandant au Chef de l’A.F.O.
La nuit se passe en patrouilles offensives et à la recherche des blessés.

Journal des Marches et Opérations du 227eme Régiment d’Infanterie

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *